Geneviève Piron travaillait dans la finance depuis des années lorsque sa vie a pris un nouveau tournant. En quittant son travail, elle décide de prendre du temps pour elle avant de retrouver du travail. C’est pendant qu’elle rénove sa maison qu’elle entend parler du zéro déchet.

«J’ai eu une véritable prise de conscience. J’ai lu le livre de Jérémy Pichon, la Famille zéro déchet et je me suis dit que je voulais participer », explique-t-elle.

Geneviève se met à arpenter Bruxelles pour faire ses courses façon zéro déchet : finis les sacs plastiques, elle emporte ses propres bocaux et achète au poids tout ce dont elle a besoin.

«Je me suis vite rendu compte que je devais faire des kilomètres en voiture pour trouver tout ce que je voulais parce qu’il n’y avait rien dans le quartier. Et faire des kilomètres, ça n’a pas de sens, ça ne respecte pas l’environnement. »

Ouvrir une épicerie zéro déchet à deux rues de chez elle, place Sainte-Alix, prend alors tout son sens.

 Geneviève Piron

«Il y a plein de petits commerces ainsi qu’un marché une fois par semaine. Les gens peuvent trouver fruits, légumes, viandes… Il ne manquait plus qu’une épicerie comme la mienne. En plus, le parking est gratuit. »

Le Refill Store ouvre alors ses portes fin avril 2018. Pâtes, épices, gâteaux, thés, cafés, produits cosmétiques ou d’entretien… Le client vient avec son sac et son bocal et paye au poids. «Certains avaient entendu parler du zéro déchet mais ne savaient pas encore comment l’appliquer. Je prends bien le temps d’expliquer comment on procède », raconte-t-elle. Et quelle est la question la plus posée à cette chef d’entreprise ?

«Doit-on impérativement apporter ses propres bocaux ? Pas forcément. Nous proposons à ceux qui le souhaitent de nous ramener des bocaux. Ils sont ensuite mis à disposition des clients. Nous avons aussi des sacs en papier. »

La plupart des produits sont bio, locaux et participent à l’économie circulaire.

«Même les meubles sont en accord avec l’esprit du Refill Store. Ils sont conçus par NDCM, une petite entreprise qui fait du mobilier à partir d’anciennes palettes. »

Geneviève ne veut pas pousser les gens, elle veut les initier, et le fait bien, dans sa petite épicerie.